A propos de l'auteur de ce blog

Mehdi Lamloum, bloggeur et Vidéobloggeur depuis 2005. Actuellement directeur de creation dans une agence de communication, base a Hong Kong
Les informations, opinions, réflexions, analyses, conneries, ne représentent que mon avis personnel et n'engagent en aucun cas celui de mon employeur ou de mes partenaires.

Pour me contacter, vous pouvez utiliser mon email me [at] mehdilamloum [dot] com

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Mehdi Lamloum est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

mercredi 26 août 2009

Les marques et la "Statusphere"



La statusphere est un terme employé pour la première fois par Brian Solis, célébre bloggeur et consultant en PR 2.0

La Statusphere désigne, à la manière de la blogosphére, l'ensemble des personnes qui communiquent, réagissent, interagissent, au moyen de leur status.
Quand on dit status, on pense tout de suite à Facebook, premier réseau social mondial mais Twitter aussi est concerné, peut-être beaucoup plus que Facebook puisque sur Twitter, il n'y a que des status.

La statusphere?
Les status sont un mode d'expression différent de tout ce qu'on a pu encore voir le web.
  • Ils sont courts: Un status ou un Tweet est souvent concis (limité à 140 caractères dans le cas de Twitter) et ne peut comporter une analyse ou une construction d'une opinion. Cette concision dans les status n'est pas forcément synonyme d'étroitesse car il est possible d'inclure un lien vers une autre ressource où l'opinion/avis est plus ou moins détaillé.
  • Le coté émotionnel: Les status sont souvent mis à jour sur un coup de tête, coup de coeur, coup de gueule...une émotion plus qu'une réflexion. De manière générale, les status comporte soient des réflexions totalement subjectives sur des situations vécues récemment soit une citation célèbre sur une vision des choses plus générale, moins intimiste.
  • Le coté immédiat: Un status, surtout quand c'est publié à travers un mobile, sont la résultante d'une situation très récente voir entrain de se dérouler. Le coté récent implique une plus grande part d'impulsivité dans l'expression et forcément moins de place à la réflexion. On met à jour son status très souvent "comme on le sent"
Les marques et la statusphére:
  • Ne pas se limiter aux portails d'info et aux blogs
Les sources d'informations ne se limitent plus aux blogs et aux portails d'informations. Même si un status n'est pas aussi construit qu'une article de fond, il est important d'en tenir compte. Les marques doivent intégrer dans leur stratégie de veille d'avoir un œil sur la statusphére qui inclue les réseaux sociaux tel que Facebook, Twitter...etc...
Faire une veille sur quelques sites d'informations et des blogs spécialisés ne permet plus d'avoir une veille complète sur ce qu'on dit sur sa marque. Cela reste souvent l'avis de spécialiste, pas toujours pertinent pour avoir une vision globale.
  • Les status sont vrais
Cela ne veut pas dire que le reste est "faux" mais la statusphére donne un retour généralement sur le vif, non réfléchi, spontané. Qu'on aime ou déteste, on prends peu souvent des gants dans un status. Cette vision est importante pour les marques pour avoir des avis "à chaud".
Ce coté vrai aussi donne beaucoup plus de crédibilité à la statusphére. Un article élogieux sur une marque aura toujours moins de crédit qu'un status d'un consommateur lambda, même s'il a plus d'impact.

  • La statusphére est vivante
Pour les marques, faire de la veille sur la statusphére ne se limite pas à une tâche quotidienne ou hebdomadaire comme ça peut l'être pour une veille sur d'autres médias.
Le nombre de "status" diffusé par jour est très important d'où l'importance d'un métier comme le Community Manager.
Même si son travail de ne se limite pas à cela, il doit savoir ce que dit "la communauté " sur la marque et cette communauté étant en évolution constante, la statusphére l'est aussi.