A propos de l'auteur de ce blog

Mehdi Lamloum, bloggeur et Vidéobloggeur depuis 2005. Actuellement directeur de creation dans une agence de communication, base a Kuala Lumpur, Malaisie
Les informations, opinions, réflexions, analyses, conneries, ne représentent que mon avis personnel et n'engagent en aucun cas celui de mon employeur ou de mes partenaires.

Pour me contacter, vous pouvez utiliser mon email me [at] mehdilamloum [dot] com

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Mehdi Lamloum est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

mardi 13 avril 2010

Le syndrome Otorogu



NB: Article publié sur les colonnes du journal Tunis-Hebdo dans son édition du 12/04/2010

Oui, vous avez bien, il s'agit bien d'Otorogu, le joueur de football (quand ça lui arrive de jouer) et non, les pages sport de Tunis-Hebdo n'ont pas bougé de leur place.
S'il ne déchaine pas les passions sur le terrain, Otorogu fait presque l'objet d'un culte ailleurs: sur le web! Grâce à ses contre-performances bientôt entrées dans la légende, Ezenwa Otorogu est suivi à la loupe par des dizaines d'internautes qui scrutent la moindre de ses sorties pour créer toutes sortes de contenu qui alimentent un Buzz qui n'est pas prêt de s'arrêter.

Otorogu, Beach Soccer et Bicyclette ratée

Toutes les semaines ou presque, le Buzz autour d'Otorogu est alimenté par différentes sortes de contenus. Des groupes Facebook qui appellent à ce qu'il marque enfin un but, de vidéos de ses pires gestes techniques sont mis en ligne dés qu'ils se produisent, des photomontages le montrant signant au FC Barcelone, des vidéomontages d'interview de grands joueurs mondiaux qui disent qu'Otorogu est un modéle à suivre pour eux... La créativité des internautes n'a pas de limites quand il s'agit de tourner au ridicule ce joueur.

Mais pourquoi est-il la cible de tout cela. La passion des tunisiens pour le foot y est pour quelque chose mais ce n'est pas tout. Le joueur a le profil idéal: Arrivé à coups de millions, une photo de lui avec l'équipe nationale nigériane de Beach Soccer fait son apparition marquant le déclenchement des hostilités. Ses ratages en match (buts facile raté, gestes techniques foireux, Bicyclette ridicule...) ne font que donner plus de contenu pour alimenter le Buzz créé autour du joueur.

Le cas d'Otorogu n'est pas isolé. D'autres personnalités publiques tel que des acteurs, animateurs d'émission TV sont aussi pris en grippe par des internautes pour créer le Buzz. La principale raison est une culture du détournement qui est née sur le web et de la multiplication des outils facilitants la création de ce type de contenu.

"Internet Meme", LOL CAT ou la culture du détournement

Les Internet Meme (à prononcer meem) sont des blagues qui se diffusent sur internet et qui prennent la forme d'un détournement d'image, de vidéomontage, d'une animation flash, etc... Cette culture du détournement a été popularisée par le phénomène des LOLCAT, propulsé par le forum alternatif 4chan.org et qui consiste à la base en des photos de chats dans des positions bizarres agrémentés par des commentaires délirants.
De blague de Geek ou d'initiés, les LOLCAT et les "jokes" de ce type sont désormais à la portée de n'importe quel internaute grâe à des sites qui permettent d'en faire très facilement.

Cheezburger.com vous permet de détourner n'importe quelle image en ligne, en y ajoutant des commentaires. Jibjab.com est un site qui vous permet de personnaliser des vidéos délirantes (mariachis, danseurs, séquence de films, chippendales...) en ajoutant votre tête au personnage principal de la vidéo.
L'intérêt premier étant évidemment de piéger ses amis mais puisque le phénomène s'est naturellement étendu aux personnalités publiques.
L'existence de ces sites donne des outils en ligne pour quiconque voudrait détourner une image, une vidéo ou n'importe quel autre media.

Cette culture du détournement fait son introduction en Tunisie et a été popularisée sur Facebook notamment grâce à des personalités publiques tel qu'Otorogu.
D'autres personnes en ont fait les frais sur le web et ça n'est pas prêt de s'arrêter. Certains diront qu'il faudra connaître les limites de cette pratique sauf que ça peut s'avérer très difficile.
Ce genre de détournements à moins qu'ils soient signés, se propagent à une vitesse telle qu'il est très difficile de savoir qui en est le créateur original...et c'est tant mieux. Face aux médias classiques, qui ne peuvent pas toujours s'engager sur ce type de terrains, ces détournements ou blagues sont un moyen d'expression supplémentaire pour les gens.