A propos de l'auteur de ce blog

Mehdi Lamloum, bloggeur et Vidéobloggeur depuis 2005. Actuellement directeur de creation dans une agence de communication, base a Kuala Lumpur, Malaisie
Les informations, opinions, réflexions, analyses, conneries, ne représentent que mon avis personnel et n'engagent en aucun cas celui de mon employeur ou de mes partenaires.

Pour me contacter, vous pouvez utiliser mon email me [at] mehdilamloum [dot] com

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Mehdi Lamloum est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

mardi 4 mai 2010

J'ai du pouvoir sur Facebook


NB: Article publié sur les colonnes de Tunis Hebdo dans son édition du Lundi 3 Mai.

Si un réseau social, qui comptera bientôt 500 millions d'utilisateurs dans le monde et 1,4 millions d'utilisateurs tunisiens, vous donnait le pouvoir de faire supprimer un compte d'un autre utilisateur, est-ce que vous le ferez? Probablement oui. Par plaisir, par conviction, par envie...les raisons sont multiples.
Ces dernières semaines, un phénomène nouveau a pris de l'ampleur sur Facebook: Des utilisateurs qui font désactiver les comptes d'autres utilisateurs.

Quand signaler un abus devient un pouvoir



Facebook permet à chaque utilisateur de signaler un abus. En cliquant sur un lien, il signale à Facebook qu'un compte, une photo, une vidéo ou n'importe quel contenu est en violation avec les conditions générales d'utilisation.

Ces conditions générales sont, sommairement, que derrière chaque compte il y est une vraie personne et que le contenu diffusé ne soit ni violent, ni pornographique ni raciste...
Quand une personne signale un compte, Facebook enregistre cette requête. Mais que se passe-t-il quand une centaine de personnes signalent le même compte au même motif? Et bien, Facebook considère, vu le nombre, qu'ils ont forcément raison et désactive immédiatement le compte en question.

Une vision très "américaine" de la chose basée sur la bonne foi des utilisateurs, leur sens civique et leur respect des lois.

Cette vision n'est pas forcément duplicable dans d'autres pays, comme la Tunisie, où cette fonction prévue pour garder le site "propre" est devenu un pouvoir.
En effet, on a vu des groupes de tunisiens organisés qui signalent en masse les profils de personnes dont ils jugent les valeurs contraire à l'islam. Concrétement, une page Facebook est créé, avec des fans qui postent des profils de tunisiens en demandant aux autres de les signaler en masse. L'argument est souvent que ces personnes sont agnostiques, athées...etc... et ça marche! Nombre de comptes de tunisiens ont été désactivés par Facebook car ils ont cru à l'artifice.

On ne peut en vouloir qu'à...Facebook





Malheureusement, cette question a été reprise est débattue sur beaucoup de blogs et certains sites spécialisés étrangers, en incitant sur le coté "religieux" de l'affaire. Le problème est ailleurs.
Même si l'argument de ces personnes qui signalent des comptes en vue de les bloquer est d'ordre religieux, le même modèle peut être dupliquer sur d'autres thématique.
Facebook, dans leur vision très "américanisée" du monde, ne se rendent pas du pouvoir qu'ils conférent aux utilisateurs. Ils accordent de fait un "droit de vie ou de mort" sur les comptes d'autres utilisateurs.

Aujourd'hui, on ne peut en vouloir qu'à Facebook. La désactivation systématique des comptes à partir d'un certain nombre de signalements est une procédure qui ouvre la porte à toutes sortes d'abus. Quand on met à disposition, même de manière involontaire, un tel pouvoir entre les mains des utilisateurs, il est mal venu de leur en vouloir de l'utiliser.
La question se pose aujourd'hui pour Facebook concernant leur attitude vis-à-vis de leur utilisateurs du monde entier. Prendre le marché américain comme exemple n'est peut-être pas la meilleure solution, tant Facebook s'internationalise.
Facebook est aujourd'hui un énorme pays de 500 millions de personnes et qui, au vu des dernières nouveautés révélée lors de la conférence F8, va s'étendre encore dans le monde. Il serait important de tenir compte de la diversité des nationalités et culture de leurs utilisateurs pour éviter de tels dépassements et de donner un pouvoir aussi important de manière totalement incontrôlée