A propos de l'auteur de ce blog

Mehdi Lamloum, bloggeur et Vidéobloggeur depuis 2005. Actuellement directeur de creation dans une agence de communication, base a Kuala Lumpur, Malaisie
Les informations, opinions, réflexions, analyses, conneries, ne représentent que mon avis personnel et n'engagent en aucun cas celui de mon employeur ou de mes partenaires.

Pour me contacter, vous pouvez utiliser mon email me [at] mehdilamloum [dot] com

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Mehdi Lamloum est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

vendredi 5 novembre 2010

Aimez vos lecteurs et respectez-les!

Les médias en ligne, sont aujourd’hui globalement entre trois modèles économiques:

- Le modèle du tout payant comme Mediapart qui ne permet l’accès à son contenu qu’à condition de s'acquitter d’un abonnement
- Le modèle Freemieum comme le Wall Street journal qui donne un accès gratuit à une partie seulement de son contenu. Le reste étant accessible uniquement aux abonnés.
- Le modèle tout gratuit qui est souvent financé par la pub (comme c’est le cas des pure players tunisiens) ou financé par d’autres activités comme c’est le cas d’Owni.fr

Plus de visiteurs, plus de chiffre d’affaire

Les pure players tunisiens (les médias accessibles uniquement sur le web) et vu que le ecommerce peine en Tunisie et avec lui les moyens de paiement en ligne, sont obligés d’adopter comme modèle unique, la publicité, via des bannières facturées au CPM (coût par affichage) et non CPC (coût par clic), plus intéressant du point de vue retour sur investissement.

Le but est donc pour ces sites là de faire toujours plus de visiteurs et surtout plus de pages vues, puisque c’est le trafic du site qui détermine en grande partie le potentiel de vente et le chiffre d’affaire.

Plus qu’un Lecteur, un Buzzeur!


Pour créer plus de trafic, il existe plusieurs techniques qu’il serait fastidieux d’énumérer. Mais le fait est que rien n’est plus efficace, et moins cher, que des lecteurs qui font un tour dans votre site, partagent les liens, commentent et reviennent pour re-commenter.

L’importance et la place du lecteur est donc aujourd’hui plus importante que jamais.
Il est non seulement primordial de le fidéliser, de le convaincre de revenir tous les jours sur le site mais il faut aussi le choyer pour en faire le premier buzzeur, créateur de trafic vers le site. Digg, stumbleupon, Wikio, ou plus récemment Facebook, Twitter et Google Buzz sont de magnifiques outils mis à la disposition du lecteur pour qu’il aide à diffuser le contenu, à toucher de nouveaux lecteurs potentiels et à se transformer en premier buzzeur. Cette nouvelle place du lecteur a eu de grosses implications sur “l'écriture pour le web”. Même si on écrivait pour Google depuis pas mal de temps, aujourd’hui on écrit aussi pour que le lecteur ait envie de cliquer sur LIKE et autres boutons share.

Commentaires, modération et respect!


La modération des commentaires, et le community management en général, sont toujours l’objet de longs débats.
Faut-il ou non faire l’investissement, est-ce rentable de mobiliser des ressources, le community manager doit-il être un junior ou avoir un peu plus d’expérience...Les questions que se posent les sites de contenu à ce sujet sont nombreuses. Il est évident que la base d’une bonne modération, c’est une charte claire et qui délimite les responsabilité des uns et des autres mais cette charte doit comporter un minimum de respect pour le lecteur.
Je suis tombé par hasard sur une charte de modération d’un site de contenu qui, en plus de la non-publication d’un commentaire, se réservait le droit d’en effacer un qui serait déjà publié.
L’interpretation “bisounours” de ce point, serait que le site admette qu’il puisse se tromper sur la modération d’un commentaire.
Un autre angle de vue, permet de voir cela comme un aveu implicite que sous la pression d’un annonceur ou d’une autre personne “influente”, on pourrait supprimer un commentaire juste mais pas flatteur.Au lecteur, à qui on demande tant, il serait bon de montrer plus de respect, en le laissant s’exprimer librement. Un commentaire validé et publié, ne devrait plus être supprimé pour quelque raison ou excuse qui soit.

Facebook ou Sidewiki de Google, la solution idéale!

Comment laisser un commentaire sur un article sans avoir à subir les lois de la modération?
La solution la plus simple est de publier le lien de l’article en question sur Facebook, en y ajoutant le commentaire de votre choix. Cette alternative limite l’écho de votre commentaire à votre cercle d’amis sur Facebook uniquement, et c’est là son point faible.

Une deuxième solution serait d’utiliser SideWiki de Google.
Sidewiki est un outil lancé par Google en 2009 et qui contrairement à son nom, n’a rien à avoir avec un Wiki.
Il s’agit d’un plugin qui s’installe sur Firefox et qui permet d’afficher une sidebar dans votre navigateur.

Dans cette sidebar, vous pouvez poster des commentaires à propos de la page sur laquelle vous êtes et partager vos commentaire sur les différents réseaux sociaux. L’intérêt est aussi de voir les différents commentaires postés par d’autres personnes sur cette même page.
Même si SideWiki ne connait pas un énorme succès pour le moment, il pourrait vite se développer dans les pays où les régles de modération usuelles sont trop strictes ou limitatives.