A propos de l'auteur de ce blog

Mehdi Lamloum, bloggeur et Vidéobloggeur depuis 2005. Actuellement directeur de creation dans une agence de communication, base a Hong Kong
Les informations, opinions, réflexions, analyses, conneries, ne représentent que mon avis personnel et n'engagent en aucun cas celui de mon employeur ou de mes partenaires.

Pour me contacter, vous pouvez utiliser mon email me [at] mehdilamloum [dot] com

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Mehdi Lamloum est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

mardi 7 décembre 2010

Twitter, Wikileaks et l'éditorialisation des Trends

Quand on se présente comme un réseau d'information, peut-on se permettre de passer à coté de l'informations?

Twitter, qui fut durant ses toutes premières années un réseau social basé sur le microblogging, est présenté par ses fondateurs comme un réseau d'informations depuis fin 2009 et le jour où la fameuse question "What are doing?" a été remplacée par "What's happening?".

L'éventualité même d'un Twitter News Network a été évoquée dans différents entretiens et réfutée par la suite par Biz Stone, sans évincer l'idée de nouer des partenariats avec des réseaux d'information.
Mais cette simple hypothèse prouve l'orientation stratégique claire de Twitter de se positionner comme un réseau d'information et non un réseau d'amis.

Vidéo de l'interview de Biz Stone avec Reuters



Twitter a évincé Wikileaks des trends ... ou pas!

Wikileaks, le Cablegate et Julian Assange sont probablement les hashtags (mot-clés sur Twitter) les plus fréquemment utilisés ces dernières semaines sur Twitter.
Bizarrement, aucun de ces mots n'est apparu dans les Trends affichés sur Twitter.com.
Les Trends sont une fonction lancée par Twitter en Mars 2009 dans une première version et qui met en avant les hashtags et mots-clés les plus tweetés. La deuxième version lancée en Janvier 2010, avait apporté des améliorations en lançant des Trends géolocalisés.

Un premier post sur Bubbloy avance l'hypothèse que Twitter a sciemment oeuvré contre Wikileaks en n'affichant pas les mots clés parmi les Trends. D'autres posts suivront pour étayer cette thèse.

BuzzFeed est venu expliquer que Wikileaks ne pouvait pas faire partie des Trends pour la simple et bonne raison qu'il fait partie, au même titre que Justin Bieber, du bruit ambiant!

Twitter intervient pour s'expliquer...ou pas!

Dans un post sur le blog officiel de Twitter, on nous explique que pour faire partie des Trends, le volume d'occurrence du terme doit être important mais il doit aussi avoir fait une sorte de pic à la manière d'une " Breaking News ".
Une explication qui donne une toute autre idée sur le principe des Trends de Twitter.
Sometimes a topic doesn’t break into the Trends list because its popularity isn’t as widespread as people believe. And, sometimes, popular terms don’t make the Trends list because the velocity of conversation isn’t increasing quickly enough, relative to the baseline level of conversation happening on an average day; this is what happened with #wikileaks this week.
Twitter doit-il "éditorialiser" ses Trends?


Les Trends sont non seulement le baromètre de ce qui se passe sur Twitter mais aussi une source de revenu intéressante.
Twitter, service 100% gratuit et sans pub (sauf au Japon où ils font 3$ millions en pub) possède un modèle économique basé sur :
Les revenus générés par Google à qui il permet de référencer ses tweets
Les Trends Sponsorisés
Les suggestions de comptes Sponsorisées

En se réclamant réseau d'information, Twitter se doit d'offrir la meilleure information possible à ses utilisateurs. Au-delà de la maintenance du service (moins de fail whale depuis quelque temps), c'est la qualité de l'information qui doit primer.

L'épisode Wikileaks a prouvé que le système actuel des Trends n'est pas le plus efficace et qu'il avait des limites. Quand un sujet fait la une de tous les médias confondus, créé un buzz de folie sur le web, génère des centaines de milliers de posts et d'articles et provoque un vent de panique diplomatique géant, il est inadmissible qu'un réseau d'information passe à coté.

Si demain Justin Bieber, qui consomme déjà 3% des capacités des serveurs de Twitter, passait l'arme à gauche (il est déjà mort dans south park) et vu le nombre de tweets sur lui par jour, il ne risque pas d'y avoir un pic. La logique des Trends de Twitter voudrait qu'il n'y soit pas.

Twitter devrait peut-être penser à "éditorialiser" ses Trends: Mettre en place une équipe dédiée à analyser les Trends les plus importants en volume, vérifier les origines de l'engouement pour un mot clé et éventuellement mettre en avant ceux qui comme Wikileaks provoque déjà pas mal de bruit sans faire des pics exceptionnels.

Un tel procédé est déjà utilisé par Dailymotion, la célèbre plateforme de partage de vidéos
Alors qu'il est à la base une plateforme de User Generated content (contenu produit par les utilisateurs), Dailymotion a fait le choix d'éditorialiser sa page d'acceuil, à la manière d'un média...ce qu'ils sont devenus.

Je vous conseille l'excellent article du blog Work In Progress sur le fonctionnement de Dailymotion et la gestion des vidéos qui doivent être mise en une du site.