A propos de l'auteur de ce blog

Mehdi Lamloum, bloggeur et Vidéobloggeur depuis 2005. Actuellement directeur de creation dans une agence de communication, base a Kuala Lumpur, Malaisie
Les informations, opinions, réflexions, analyses, conneries, ne représentent que mon avis personnel et n'engagent en aucun cas celui de mon employeur ou de mes partenaires.

Pour me contacter, vous pouvez utiliser mon email me [at] mehdilamloum [dot] com

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Mehdi Lamloum est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

mardi 27 avril 2010

Si une marque n'a rien à dire, autant qu'elle se taise!



Une longue tergiversation a précédé l'écriture de cet article: Fallait-il que le titre se termine par "ferme sa gueule" ou "se taise". La politesse a fini par prendre le dessus.
Pourquoi un titre aussi agressif envers les marques?
C'est essentiellement en réponse à un concept, bien en vogue en ce moment et qui est pris au premier degré : La présence sur les médias sociaux.

Les médias sociaux et leur importance en Tunisie


Les médias sociaux se résument en Tunisie à Facebook. Malgré toute leur bonne volonté, les quelques 1000 tunisiens sur Twitter, dont votre serviteur, ne font pas le poids.
L'absence de plateformes vidéo, de sites communautaires locaux et de blogs tunisiens à forte audience, font du réseau social de Zukerberg l'unique alternative.
Facebook, réseau social mainstream s'est transformé en source d'information numéro un des quelques 3,4 millions d'internautes tunisiens.
Naturellement, les marques y voient une opportunité pour toucher une cible qui est réfractaire aux autres médias: Elle ne lit pas la presse papier, regarde peu la télé sinon pour du football ou des clips et n'écoute pas spécialement la radio.
Et c'est là qu'intervient le concept de Présence sur les médias sociaux.

Les Facebook Fan Pages comme les sites vitrines des années 2000
"Il faut être présent sur Facebook" Prononcée solennellement, cette phrase sonne plutôt bien à l'oreille de pas mal d'annonceurs. Seulement cette "Présence" est souvent prise au premier degré.
De plus en plus de marques, créent leur Facebook Fan Page et se contentent au meilleur des cas de créer un onglet personnalisé. Une animation Flash, un formulaire de contact... rien de plus n'est proposé.
Une situation qui me rappelle les sites vitrines des entreprises au début des années 2000, où on disait que des gens faisaient des sites pour pouvoir en mettre l'url sur leur carte de visite.
Il ne sert à rien de créer une page fan, si l'intention est uniquement de réserver sa place. Même si on squatte le nom de votre marque, 24h sont suffisantes pour récupérer votre Nom sur Facebook, rien qu'en produisant les preuves nécessaires.( J'en ai fais l'expérience avec Tekiano et ça n'avais même pas pris une journée)
Les médias sociaux ne fonctionnent pas de la même manière, dieu merci, et nécessite au minimum deux choses: Une stratégie et du contenu.

Avez-vous quelque chose à dire?
Les médias sociaux sont des sites basés sur la "conversation". La première question qu'une marque doit se poser est "qu'est-ce que j'ai à dite à toutes ces personnes?"
N'importe quelle marque à forcément un message à faire véhiculer. Tout dépends de la cible, de l'historique de la marque et de son positionnement.
D'autres questions sont à mettre sur la table pour définir une stratégie de présence sur les médias sociaux:

  • Quel contenu diffuser à l'intention de ces followers?
  • Quelle fréquence de contenu tenir?
  • Comment transformer cette fan page en un outil de fidélisation?
  • Est-ce qu'il vaut mieux engager la conversation, sous forme de service client?
  • Peut-on recruter des ambassadeurs de la marque ou suffit-il de laisser les fans agir?
  • Est-il possible de transformer ces fans en prescripteurs? 
  • Quel lien établir avec eux?
  • Quelle feedback récupérer et comment l'analyser?
Même si dans l'absolu, toute marque a un discours à tenir et par conséquent "quelque chose à dire" à ses consommateurs, il est vital de pouvoir le déterminer avant de penser à avoir une "présence" sur les médias sociaux.
Une fois déterminé, c'est le contenu qui va concrétiser ce message qui devra être pensé, produit, diffusé et dont les retours seront analysés (statistiques de diffusion, d'interactions, de viralité...) pour déterminer le ROI de cette présence et le cas échéant abonder dans la même direction ou rectifier le tir.

A défaut de tout cela, il vaut mieux se taire...ça coûtera moins cher.

Bonus Track: Mr Flash - Couscous (link)

lundi 19 avril 2010

Orange Tunisie: Lancement du Teasing

Update 00:29 : Un site a été lancé pour la réservation des numéros Orange www.jereserve.tn
Une campagne d'affichage urbain a été lancée lundi 19 Avril le soir sous forme d'un Teasing.
Un fond noir, une écriture Orange, c'est sans doutes possible la campagne de lancement d'Orange.
Le teasing parle d'une réservation, probablement celle des numéros.La photo a été prise Lundi soir à Tunis.

jeudi 15 avril 2010

La cause des arbres de Menzel Bourguiba sur Facebook

Dans un article précédent, j'avais déjà traité de ce que j'avais appelé le Militantisme Facebookien.
Facebook s'est transformé en une plateforme pour des militants de différentes causes, certaines plus nobles que d'autres, qui usent du pouvoir "viral" des meida sociaux pour faire entendre leur voix.


L'importance de ce type d'initiative et leur développement a poussé Facebook a envisage un troisième type intermédiaire entre les Pages Fans et les groupes.
Jusqu'à récemment, les règles de Facebook étaient claires à ce sujet: Les Pages Fans sont faites pour les marques et organismes officiels, Association et ne peuvent être gérées que par des personnes mandatées par les organismes. Une Page Fan de David Bowie est supposée être gérée par David Bowie Lui-même, l'agence qui gère son image, sa maison de disque...
Les groupes par contre étaient pensés comme une sorte de "défouloir" pour les utilisateurs, sans les avantages des pages Fans pour la diffusion de l'information.
Les pages "Communautés" ont donc été inventées comme solution intermédiaire.

La cause des arbres de Menzel Bourguiba sur Facebook 



Parmi les causes qui sont défendues sur Facebook, une a particulièrement attiré mon attention, c'est celle qui concerne la coupe d'arbres centenaires dans la commune de Menzel Bourguiba.
La ville, anciennement connue sous le nom de Ferry Ville du nom de Jean Ferry, est une charmante petite bourgade du nord de la Tunisie qui a gardé un style "colonial" lui donnant un charme fou.
La municipalité a entrepris dernièrement de céder  des arbres centenaires pour la modique somme de 7000 dinars.
Les habitants, et amoureux de cette ville, se sont joints pour dénoncer ce qu'ils qualifient de massacre, en se réunissant sur place pour arrêter les travaux et aussi essayant de faire entre la voix de leur cause sur Facebook.
Ils ont créés un groupe Facebook "S.O.S "GUENGLA": Tous Unis Contre le ravage des arbres" qu'ils décrivent comme un "groupe contre les ennemis de la nature qui masacre des centaines d'arbres a guengla pour 7000 dt!!!!!!!!!!!"

Encore une fois, les réseaux sociaux offrent à des micros-causes (micro, non pas dans le sens de "petit" mais plutôt comme le contraire de Macro) de mobiliser un nombre important de personnes et surtout de faire entendre leur voix sur des thématiques qui ne passeront jamais dans les médias classiques pour des questions de lignes éditoriales, d'intérêts financiers ou de souci du politiquement correct.

mardi 13 avril 2010

Le syndrome Otorogu



NB: Article publié sur les colonnes du journal Tunis-Hebdo dans son édition du 12/04/2010

Oui, vous avez bien, il s'agit bien d'Otorogu, le joueur de football (quand ça lui arrive de jouer) et non, les pages sport de Tunis-Hebdo n'ont pas bougé de leur place.
S'il ne déchaine pas les passions sur le terrain, Otorogu fait presque l'objet d'un culte ailleurs: sur le web! Grâce à ses contre-performances bientôt entrées dans la légende, Ezenwa Otorogu est suivi à la loupe par des dizaines d'internautes qui scrutent la moindre de ses sorties pour créer toutes sortes de contenu qui alimentent un Buzz qui n'est pas prêt de s'arrêter.

Otorogu, Beach Soccer et Bicyclette ratée

Toutes les semaines ou presque, le Buzz autour d'Otorogu est alimenté par différentes sortes de contenus. Des groupes Facebook qui appellent à ce qu'il marque enfin un but, de vidéos de ses pires gestes techniques sont mis en ligne dés qu'ils se produisent, des photomontages le montrant signant au FC Barcelone, des vidéomontages d'interview de grands joueurs mondiaux qui disent qu'Otorogu est un modéle à suivre pour eux... La créativité des internautes n'a pas de limites quand il s'agit de tourner au ridicule ce joueur.

Mais pourquoi est-il la cible de tout cela. La passion des tunisiens pour le foot y est pour quelque chose mais ce n'est pas tout. Le joueur a le profil idéal: Arrivé à coups de millions, une photo de lui avec l'équipe nationale nigériane de Beach Soccer fait son apparition marquant le déclenchement des hostilités. Ses ratages en match (buts facile raté, gestes techniques foireux, Bicyclette ridicule...) ne font que donner plus de contenu pour alimenter le Buzz créé autour du joueur.

Le cas d'Otorogu n'est pas isolé. D'autres personnalités publiques tel que des acteurs, animateurs d'émission TV sont aussi pris en grippe par des internautes pour créer le Buzz. La principale raison est une culture du détournement qui est née sur le web et de la multiplication des outils facilitants la création de ce type de contenu.

"Internet Meme", LOL CAT ou la culture du détournement

Les Internet Meme (à prononcer meem) sont des blagues qui se diffusent sur internet et qui prennent la forme d'un détournement d'image, de vidéomontage, d'une animation flash, etc... Cette culture du détournement a été popularisée par le phénomène des LOLCAT, propulsé par le forum alternatif 4chan.org et qui consiste à la base en des photos de chats dans des positions bizarres agrémentés par des commentaires délirants.
De blague de Geek ou d'initiés, les LOLCAT et les "jokes" de ce type sont désormais à la portée de n'importe quel internaute grâe à des sites qui permettent d'en faire très facilement.

Cheezburger.com vous permet de détourner n'importe quelle image en ligne, en y ajoutant des commentaires. Jibjab.com est un site qui vous permet de personnaliser des vidéos délirantes (mariachis, danseurs, séquence de films, chippendales...) en ajoutant votre tête au personnage principal de la vidéo.
L'intérêt premier étant évidemment de piéger ses amis mais puisque le phénomène s'est naturellement étendu aux personnalités publiques.
L'existence de ces sites donne des outils en ligne pour quiconque voudrait détourner une image, une vidéo ou n'importe quel autre media.

Cette culture du détournement fait son introduction en Tunisie et a été popularisée sur Facebook notamment grâce à des personalités publiques tel qu'Otorogu.
D'autres personnes en ont fait les frais sur le web et ça n'est pas prêt de s'arrêter. Certains diront qu'il faudra connaître les limites de cette pratique sauf que ça peut s'avérer très difficile.
Ce genre de détournements à moins qu'ils soient signés, se propagent à une vitesse telle qu'il est très difficile de savoir qui en est le créateur original...et c'est tant mieux. Face aux médias classiques, qui ne peuvent pas toujours s'engager sur ce type de terrains, ces détournements ou blagues sont un moyen d'expression supplémentaire pour les gens.

lundi 12 avril 2010

LaPresse.tn lance une nouvelle version

Une nouvelle version du site LaPresse.tn, l'un des quotidiens les importants en Tunisie, a été lancée.
Nouvelle charte graphique, nouvelle organisation du site et surtout une nouvelle option qu'il faut noter: la possibilité de commenter des articles ou de les marquer en Favoris.

Pour commenter, il faut évidemment s'inscrire et remplir un formulaire (on aurait apprécié une intégration de Facebook Connect) et attendre que la modération le valide.
Pas d'options de partage sur le site et malheureusement une mise en page des articles (typo, taille...) qui met au défi quiconque oserait aller jusqu'au bout de l'un d'eux sans s'abîmer les yeux.

Cette nouvelle version va probablement permettre de booster le trafic du site qui stagne à 1.1 million de pages vues par mois alors que c'est l'un des, sinon le quotidien le plus lu de Tunisie.

mardi 6 avril 2010

Barcamp Tunisie 2010: Les ateliers

Le choix des ateliers du Barcamp Tunisie 2010 s'est fait cette année à travers le vote des potentiels participants.


Les autres détails relatifs à l'organisation de l'événement seront en ligne très prochainement ;)

lundi 5 avril 2010

Doc à Tunis: des cowboys et de la poubelle à ramasser !!

Fallait-il aller à Doc à Tunis? Indéniablement, oui!
Pour commencer, parce que des festivals de projection de documentaires, il n'y en a pas des dizaines à Tunis. Ensuite parce que, malgré ses défauts, Doc à Tunis, permet d'accéder à des pépites qu'on ne peut voir ailleurs en Tunisie...et gratuitement!

Direction donc le Théatre Municipal pour chercher des Pass...et il n'y en avait plus. Ce n'est pas grave, on peut entrer sans tant que la salle n'est pas pleine...et un Vendredi après-midi, il y avait peu de risques qu'elle le soit.

Le choix s'est porté sur deux documentaires égyptiens passant à la maison de la Culture Ibn Rachik. Une salle au moyens "modestes" et aux chaises pas toujours confortables mais quand on sait que l'existence de tels espaces relève du miracle...on peut leur pardonner beaucoup de choses.

Assis sur des escaliers devant la salle, avec ma chérie à patienter en attendant l'ouverture des portes, un jeune homme s'est assis à coté de moi et on a eu une discussion très enrichissante:
Lui "Qu'est-ce qu'il y a ici?"
Moi "Un festival de film documentaires"
Lui, en mimant de la main, un revolver "Des films de Cowboys?"
Moi "Euh, non!"
Lui "Des films de guerre?"
Moi "C'est des documentaires égyptiens, les films de guerre c'est pas leur truc!"
Lui "uhmmm"

Garbage Dreams ou la dure vie des Zabaleen






Après cette discussion enrichissante, j'ai pu assister au premier documentaire, Garbage Dreams.
Un documentaire qui parle d'une communauté chrétienne vivant dans les faubourgs du Caire et dont la seule ressource est...le ramassage des ordures.
Toute une ville qui sort tôt le matin pour aller ramasser les ordures du Caire et qui revient avec pour ... recycler.
Un peu comme les Catonero de Buenos Aires, les Zabaleen est une communauté qui s'est spécialisé dans le traitement des déchets. Certes, les méthodes sont quelques peu rudimentaires et pas très hygiéniques pour les travailleurs mais le résultat est bluffant: Des déchets triés, nettoyés, broyés et prêt à être recyclé qu'ils exportent vers l'Inde, la Chine...

Toute une économie "sous-terraine" mais parfaitement légale qui fait vivre des milliers de famille. Enfin, je me demande si le terme adéquat à utiliser ne serait pas "survivre".
Malgré leurs efforts et toute la débauche d'énergie qu'ils mettent à contribution pour débarrasser la ville de ses déchets, cette communauté vit dans une misère atroce mais nullement surprenante pour quiconque ayant visité le Caire: pas de routes, pas de voirie, l'électricité et l'eau courante n'étant pas toujours garanties non plus...

Garbage Dreams, des rêves impossibles...



Au-delà du quotidien pas très rose des Zabaleen, c'est aux rêves de ceux-ci que s'attaque le documentaire.
Améliorer leur quotidien, travailler dans d'autres domaines pour certains ou moderniser leur savoir pour d'autres, les rêves ne sont pas les mêmes mais vont dans un même sens: sortir de la misère.
Les Zabaleen, à l'image des égyptiens sont une communauté fataliste, croyante et surtout essayant de profiter des rares instants de bonheurs, aussi dérisoires qu'ils soient, qui s'offrent à eux.
Le récit d'un voyage au Danemark où les deux principaux personnages du documentaire vont visiter les usines de recyclage est parlant dans ce sens. Leur rêve, c'est de vivre de la poubelle!
Et quand la mondialisation les rattrape, leur rêve semble compromis.
L'arrivée des sociétés internationales de ramassage des ordures menace leur unique source de revenus.
Non seulement, ils se contentent d'enfouir les déchets sans les recycler mais en plus trouve le moyen de les empêcher de ramasser les ordures.

Garbage Dreams est un doc poignant qui expose la complexité de la vie d'une communauté qui ne demande qu'à ... ramasser les ordures des autres.

Site du film
Page Facebook

vendredi 2 avril 2010

Tunisie: Nouvelle Taxe Telecom de... 1 millime

La nouvelle n'est pas officielle mais cet SMS de confirmation de Recharge le laisse penser.
Pour une recharge de 5 DT, le montant annoncé est de 4.717 et le montant du solde est de 4.716!!