A propos de l'auteur de ce blog

Mehdi Lamloum, bloggeur et Vidéobloggeur depuis 2005. Actuellement directeur de creation dans une agence de communication, base a Kuala Lumpur, Malaisie
Les informations, opinions, réflexions, analyses, conneries, ne représentent que mon avis personnel et n'engagent en aucun cas celui de mon employeur ou de mes partenaires.

Pour me contacter, vous pouvez utiliser mon email me [at] mehdilamloum [dot] com

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Mehdi Lamloum est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

lundi 14 février 2011

La mutation nécessaire des TV tunisiennes


Disclaimer: Article publié dans La Presse Magazine dans son édition du Dimanche 14 Février 2011. Il reprend dans sa dernière partie un précédent post "Tunisie 21" est une chaîne qui ne sert à rien. Pourquoi ne pas en faire une Chaîne politique?

Le paysage médiatique en Tunisie comporte actuellement quatre chaînes, dont deux sont étatiques. Même à l’échelle d’un pays comme la Tunisie, ça reste “pauvre”.

Les autorisations données de manière exceptionelle, le manque de diversité, l’existence d’une chaîne fantôme (alias Tunisie 21) et le blackout médiatique ont fait que les tunisiens n’aient plus confiance et se tournent vers les chaînes satellitaires arabes essentiellement.
Pour créer un paysage audivisuel en Tunisie, certaines mesures s’imposent.

Plus de télévisions, plus de diversité

Sous Ben Ali, les autorisations pour ouvrir une chaîne de télé n’était pas donnée au compte-goutte...elles l’étaient de manière exceptionnelle. Sinon comment expliquer l’existence d’uniquement deux chaînes privées.
Aujourd’hui, il est important d’ouvrir la possibilité devant les entrepreneurs de lancer leur propre chaîne de télévision. Peut-être quand dans un premier temps, la diffusion via le réseau terrestre risque de poser problème. La diffusion via les satellites est une excellente alternative, il n’y qu’à voir NessmaTV.
Plus de chaînes TV, signifie plus de diversité forcément car chaque nouvelle chaîne devra apporter un plus et une différenciation dans sa ligne éditoriale, dans son approche pour ésperer se distinguer par rapport l’existant.
Les deux “réflexions” qui peuvent se poser, héritée d’un temps que nous espérons ancien, sont celles de “On ne peut ouvrir la porte devant n’importe qui pour ouvrir une TV” et celle de “N’aura-t-ont pas trop de Tv pour un pays de 10M d’habitants?”
A la deuxième la réponse est évidente: il n’y a jamais trop trop d’avis ou trop d’opinions. Plus l’espace de parole est libre, mieux on se porte.
A la première, la réponse est tout aussi simple : Il n’est pas à la portée de n’importe qui de lancer une chaîne de télévision. Ca demande un investissement de taille et un flux financier important avant une rentabilité qui ne peut être espérée avant 5 ans. Seuls les grands groupes, soutenu par des entités financières ont les moyens de se lancer dans pareilles entreprises.
Après, des garanties raisonnables vu la taille de l’investissement peuvent être imposées aux prétendants.

Passer d’une TV étatique ou gouvernementale à TV de service public

La nuance est importante.
Jusqu’au jour d’aujourd’hui, nous avions une télé gouvernementale, à comprendre une télé qui est aux ordres du gouvernement et qui lui sert de haut parleur.
Nous devons reformer cette télévision nationale pour en faire une télévision, qui bien que relevant de l’état, ne serve pas spécialement l’état ou le gouvernement (car ils sont toujours confondus) mais ses premiers actionnaires : le peuple tunisien.
Ceci passe par :
. Un investissement primordial sur la production d’émissions à vocation culturelle,
. Une promotion des productions tunisiennes avant tout,
. Une diversification des types de productions
Cette chaîne de service public ne devrait plus sacrifier la qualité, sur le plan du fond et de la forme, des productions sur l’autel de la rentabilité.
Vu qu’elle possède des rentrées d’argent fixe (Pub, Redevances, subventions..) cette télévision devra concrètement donner moins de place (voire pas de place) aux productions de TV poubelle type Endemol pour privilégier des productions plus intéressantes intellectuellement.
Oui la Trash TV rapporte plus mais une chaîne d’intérêt public n’a pas forcément vocation à être rentable au-delà du raisonnable.

Pourquoi pas une chaîne politique?

La Tunisie a eu deux dictateurs depuis son indépendance, l'un "éclairé" et l'autre "autoritaire" selon les formules consacrées. Le résultat du règne des deux est implacables: un pays qui n'a aucune culture politique, sauf celle du silence au mieux, des applaudissements au pire.

Nous avons donc besoin pour préparer au mieux l'échéance des prochaines élections présidentielles d'un maximum d'informations pour aider le peuple a faire son choix, dans les meilleures conditions possibles. Tout cela passera forcément par l'activité des partis politiques, des associations et divers organismes mais le rôle des médias est important.

Seulement, l'effort à fournir est considérable et les télévisions de la place ne peuvent à elles seules satisfaire la demande pour deux raisons essentielles :
  • Nos chaînes ont besoin de financement, qui n'arrivera que par la pub. Seulement les émissions politiques, même si elles arrivent à drainer une grande audience, n'ont pas les faveurs des annonceurs. Sans aller jusqu'à reprendre la formule de Patrick Le Lay concernant le "temps de cerveau humain disponible", c'est l'entertainment qui permet aux télévision de vendre de la pub et de gagner de l'argent pour investir dans la production d'autres formats, parfois moins rentables mais plus intéressants comme les émissions politiques.
  • Avec la disparition du Ministère de la communication, il y a de fortes de chances que la répartition du temps d'antenne des différents partis politiques soit très inégal, voir non réglementé. Les différentes télés ne peuvent s'assurer entre elle d'une certaine équité, ce qui risque de poser beaucoup de problèmes dans le contexte actuel.
Tunisie 21 serait donc la candidate idéale pour devenir la première télévision 100% politique et ce pour une raison très simple : C'est une chaîne qui ne sert à rien du tout.
Elle bénéficie d'une diffusion sur le réseau terrestre, qui permet une couverture nationale, pour une programmation qui hors ramadan et foot n'intéresse personne.

Sans vouloir trop me précipiter, une telle aventure risque de ravir le personnel de la chaîne Tunisie 21 qui pourra pour la première fois, travailler dans une vraie télévision.

Crédit Photo : ccharmon / andrew harrer