A propos de l'auteur de ce blog

Mehdi Lamloum, bloggeur et Vidéobloggeur depuis 2005. Actuellement directeur de creation dans une agence de communication, base a Kuala Lumpur, Malaisie
Les informations, opinions, réflexions, analyses, conneries, ne représentent que mon avis personnel et n'engagent en aucun cas celui de mon employeur ou de mes partenaires.

Pour me contacter, vous pouvez utiliser mon email me [at] mehdilamloum [dot] com

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Mehdi Lamloum est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

lundi 29 août 2011

Flash-robs : des flash-mobs pour voler!



Une nouvelle technique de vol vient de faire son apparition aux US : les Flash-robs.

L'idée : On s'organise sur Facebook pour choisir une boutique, un commerce. On débarque à plusieurs dizaines de préférences, on prends ce qu'on veut et on sort en courant.
Le temps que le proprio du magasin se rende compte que ce n'est pas un afflux soudain de clients mais un vol pur et simple, l'affaire est pliée.



Mais, les flash-robs de quoi s'agit-il en fin de compte? Il s'agit d'un hack des fonctions d'outils existants (réseaux sociaux) pour rassembler des gens et commettre des délits et des actions à des fins malveillantes, criminelles et non éthique.

Un site avait été lancé lorsque Foursquare a commencé à buzzer, avec un concept simple : ceux qui "checkent" sur Foursquare, ne sont pas chez eux, on peut donc les cambrioler. Pleaserobme.com avait surfé sur la tendance naissante du checkin pour mettre en lumière son supposé danger. Sauf que toutes les personnes qui travaillent ne sont pas chez elles, qu'elles "checkent" sur Foursquare ou pas.

La série américaine THE WIRE avait traité dans sa saison 3 de la problématique des téléphone mobiles jetables: un outil théoriquement utile qui avait été détourné par les trafiquants de drogue pour en faire leur principale arme pour faire rouler leur business.

Dans les trois cas, ce ne sont que des détournements d'utilisation d'outil pour des actions criminelles...qui auraient bien pu être faite sans cela. David Cameron qui a invité les représentants de Facebook, Twitter et Blackberry pour discuter d'une possibilité de limiter l'accès aux services lors des émeutes, va trouver un nouvel argument à son idée insensée.