A propos de l'auteur de ce blog

Mehdi Lamloum, bloggeur et Vidéobloggeur depuis 2005. Actuellement directeur de creation dans une agence de communication, base a Kuala Lumpur, Malaisie
Les informations, opinions, réflexions, analyses, conneries, ne représentent que mon avis personnel et n'engagent en aucun cas celui de mon employeur ou de mes partenaires.

Pour me contacter, vous pouvez utiliser mon email me [at] mehdilamloum [dot] com

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Mehdi Lamloum est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

samedi 29 décembre 2012

La rue influence Facebook (et non plus l'inverse)

-->

Les deux dernières années 2011 et 2012 auront été une période riche en expérimentation en matière de propagande en Tunisie.

Alors qu’avant 2011, les seuls qui avaient de l’expérience en la matière étaient les cyber activistes connus et reconnus (je ne vais pas les nommer de peur d’en oublier certains), à partir de 2011, ils ont vu s’inviter dans le jeu, les différents militants des partis politiques, avec une mention spéciale pour Ennahdha.

La propagande politique a connu ces derniers mois un virage important.
Nous sommes passé d’une logique de «  Je fais bouger la rue avec Facebook » à « On va dans la rue et on fera bouger Facebook »

Le canal de propagande est resté le même depuis deux ans : toujours et encore les pages Facebook. C’est la stratégie de création de contenu qui a changé.

Hier : On bouge sur Facebook pour faire l’opinion de la rue


Avec l’idée communément admise que «  Facebook a fait la révolution » bien ancrée, on a essayé de manipuler et contrôler l’opinion publique a travers Facebook entre 2011 et 2012.

Deux facteurs ont contribué a cela :
-       Les tunisiens avaient pris l’habitude de s’informer sur Facebook pendant trois ou quatre ans. Acheter un journal, regarder les infos, recouper différentes sources pour se faire sa propre idée n’était pas commun. Ils ont donc continue de faire ce qu’ils savaient faire de mieux « J’aime et je partage » selon la formule consacrée,
-       L’émergence d’un tas de contenu totalement inconnu du grand public. Des anciennes vidéos oubliées dans les profondeurs de Youtube, des documents avec des tampons disant que machin a reçu de l’argent de tel ministère ou a acheté un terrain pour pas grand chose… beaucoup de sensationnel a l’origine non identifiée et souvent invérifiable qui intéresse forcement tout le monde.

Il suffisait donc de poster des montages vidéo, des images, des statuts affirmant des choses sans aucune preuve, pour que dans l’après-midi tout le monde en parle comme d’une vérité absolue…

Il s’agissait souvent donc de récupérer du contenu créé ailleurs (télévision, radio, documents, videocast de révolutionnaires autoproclamés) pour le diffuser sur des centaines de pages Facebook, modifier l’opinion publique et avec un peu de chance faire bouger la rue. (cf Abdeleya)

Oui mais voilà, ca marche de moins en moins…

Aujourd’hui : On bouge dans la rue pour faire l’opinion sur Facebook

Manif devant Meeting Nidaa tounes a Djerba . Source image L'economiste Maghrebin

Avec des dizaines de nouveaux quotidiens de tous les bords (Indépendants, anti-Ennahdha, pro-ennahdha, dédiés a la défense de certains hommes d’affaires...), le développement de l’audience d’Attounisia, la nette amélioration dans le contenu de la télévision publique, les tunisiens ont plus de sources d’informations et ne croient plus ce qu’on leur raconte sur Facebook.

Il fallait donc revoir la stratégie de création de contenu et revoir le processus.
Désormais on ne va plus utiliser Facebook pour faire bouger la rue, on va utiliser la rue pour faire bouger Facebook.

Concrètement, il s’agit de créer son propre contenu et non plus en récupérer à droite et à gauche. Ce contenu serait créé lors d’évènements organisés et maitrisés pour donner l’image qu’on désire.

S’il fallait le résumer dans une phrase de publicitaire je dirai qu’ils organisent des activations de marque, ou ils sont en contact direct avec leur cible. Tout est enregistré pour créer du contenu qui sera par la suite diffusé et permettra de toucher une plus large audience et d’optimiser son Earned Media.

Les exemples sont nombreux ces derniers jours mais on peut en citer les deux plus importants : l’affaire de l’UGTT à la place Mohamed Ali et Le meeting de Nidaa tounes à Djerba.

Dans les deux cas, tout est parti d’une opération sur le terrain.
Cette opération était largement filmée et documentée. La présence des medias est un must absolu.
Une fois le tout filmé du bon angle et donnant la bonne impression, il suffit de le partager sur Facebook pour influer sur l’opinion publique.

Dans le cas des évènements de la place Mohamed Ali, ca a généré le débat autour de qui a commencé. Dans celui du meeting de Nidaa Tounes à Djerba, ca a donné «  Djerba qui refuse Nidaa Tounes » 

Et alors ?

D’un point de vue stratégique, c’est une approche très intéressante et probablement la plus pertinente…quand il s’agit d’une marque.
Quand il s’agit de partis politiques, cela s’appelle jouer avec le feu.
Le risque de débordement est important puisque les éléments participants à ces « activations » ne sont pas sous-controle à 100%...À moins que ces débordements soient voulus et faisant partie intégrante de la stratégie pour frapper d’une pierre deux coups : faire l’opinion et montrer qu’on contrôle la rue…

Bonus Track - Kanye West - No Church in the Wild ( Realisation Romain Gavras)

mercredi 3 octobre 2012

Ouvrez et fermez votre porte avec un smartphone


Encore un objet connecté et intelligent. Lockitron connecte votre porte à votre smartphone pour pouvoir la contrôler. 
Non seulement vous pouvez ouvrir et fermer votre porte de n'importe où dans le monde mais vous recevez une notification si quelqu'un tape à la porte.


mercredi 19 septembre 2012

Des chaussures connectées qui vous indiquent votre chemin


Nous sommes aujourd'hui entourée d'un ensemble d'applications qui veulent toutes savoir où nous sommes. Google Maps, Foursquare, Instagram, Twitter, Facebook...Toutes nous proposent d'indiquer notre emplacement pour nous offrir "une meilleur expérience".

Bientôt ce sont les objets qui, une fois connectés, voudront connaitre notre emplacement. Loic Lemeur ne s'y est pas trompé en choisissant comme sujet pour LeWeb12 " The Internet of Things".

La question restera de savoir quelle "experience" pour nous donner ces objets une fois connectés?

Un artiste, Dominic Wilcox, a eu l'intéressante idée de connecter ses chaussures. Pourquoi? Pour qu'elles puisse lui indiquer le chemin du retour vers sa maison bien-sûr. Où tout autre endroit qu'il désire.

 

lundi 17 septembre 2012

Manipuler les masses n'a jamais été aussi simple


Les pays du printemps arabes ont connu une semaine assez mouvementée. La Tunisie, l'Egypte et la Libye ont vu une partie de leurs citoyens manifester de manière très violente.

La raison, une vidéo sur Youtube insultante envers le prophète, et les conséquences, ambassades brulées et pertes humaines des deux cotés, ont fait le tour du monde et la une de tous les médias.

Au-delà de l'information, et des différentes analyses qui tombent de partout dans le monde, il serait intéressant de s'arrêter sur la mécanique qui a abouti à cet état de chaos.

Après l'affaire dite de "Abdeleya", j'avais publié un post me demandant si quelqu'un s'était brulé en jouant à Facebook. Un simple post sur Facebook, repris par des centaines de pages, a fini par mettre une partie du pays en feu et a abouti à un couvre feu. 

Des conséquences non négligeables qui montrent qu'aujourd'hui, il est possible de créer un état d'instabilité simplement à partir d'un contenu publié sur les réseaux sociaux. 

La même méthodologie ?

S'il fallait une sorte de manuel pour débutants sur "Comment foutre le bordel grâce aux réseaux sociaux" il pourrait être résumé en trois étapes.

Identifier la cible

Et pas n'importe quelle cible, ça doit être LA bonne cible. Elle doit généralement répondre à trois impératifs.
Le premier est le nombre. La cible doit être de préférence une masse suffisamment importante pour le moment venu avoir suffisamment de ressources humaines pour aller sur le terrain. Mais elle doit cependant être minoritaire dans son environnement pour se sentir dans une position d'opprimé et trouver les "ressources" de réagir vigoureusement.
Le deuxième est le radicalisme. A éviter absolument les cibles qui ont une tendance à préférer le dialogue. 
Le troisième est leur historique violent. Il vaut mieux choisir une cible qui a déjà montré sa capacité à entreprendre des actions violentes ou qui regorge de membres n'hésitant pas longtemps avant de frapper les premiers. De l'experience est toujours necessaire pour garantir plus de chances de réussite d'une pareille aventure.

Une cible pareille est facile à trouver, partout dans le monde, et pas que dans les pays arabo-musulmans. Petit avantage cependant dans les pays du "printemps arabe" en ce moment : l'Etat est faible et affaibli. Il est plus simple pour la "cible" de passer à l'action violente sans craindre une réaction efficace de l'Etat.

Créer du contenu adéquat et le poster sur "Internet"

Peu importe la forme (vidéo, photo, texte) et la qualité du contenu, pourvu que la forme soit la bonne: provoquer la cible sur le point le plus important pour elle. Un fondamental de la cible, un point de non-retour...La provocation doit non seulement porter sur ce point mais elle doit aussi le remettre en cause de la manière la plus agressive possible. Et dans ce domaine plus c'est gros, plus ça passe.

Laisser faire la magie d'Internet

Même si dans le cas du film qui vient d'embraser une bonne partie du monde arabe, un effort a été fait pour faire parvenir ce film jusqu'aux oreilles des médias qui se sont chargé d'allumer la première étincelle, il n'est pas necessaire de faire autant d'effort.

La magie d'internet est celle de vous faire parvenir le contenu jugé le plus "pertinent" par rapport à votre profil déclaré sur les réseaux sociaux.
Même si ça prends du temps, une personne de la cible ou proche de la cible se retrouvera nez-à-nez avec le contenu en question : Une vidéo suggérée sur Youtube, un hashtag sur twitter, une publication d'une page sur Facebook... Quelques mots-clés bien senti suffisent parfois à le faire.

Une fois ce contact établi, il suffit de compter sur les 3 "qualités" de la cible énoncées plus haut pour que ça prenne.

Ce processus peut-il être répété à volonté?


Tant que les conditions nécessaires sont réunies, ce genre d'experiences pourra être répété à volonté.
Depuis Janvier 2011 et rien que pour le cas de la Tunisie, beaucoup de manifestations violentes et brutales ont eues lieu, se basant uniquement sur un contenu posté sur Internet. 
Un contenu que souvent une part des manifestant n'a même pas vu mais le simple fait de savoir son existence les a poussé à descendre dans la rue et à avoir une réaction violente.

L'un des grands risque est la tendance des vieux (simple constat: cheveux blancs, calvities et moustaches à l'appui) qui nous gouvernent à aller vers une solution simple : la censure.

Internet pourra être pointé du doigt comme une Arme de Destruction Massive et la volonté de censurer pourra émerger assez rapidement. Même si elle ne prendra pas une forme claire, la censure pourra être effective à travers des lois restrictives de libertés et touchera non seulement internet mais toute forme d'expression.


#SpikesAsia Les campagnes coups de coeur

Update : Après l'annonce des résultats, les prix gagnés par chaque campagne ont été MAJ.

Je n'ai encore pu parcourir toutes les Shortlists (disponible ici) mais après avoir parcouru quelques catégories, voici des coups de coeurs pour des campagnes innovantes.
Vous n'y trouverez aucune campagne Print / Film. Ces categories ne m'intéressent pas.

Thai Health Promotion Foundation- Smoking Kid (GOLD PR)
Comment réagit un adulte qui fume quand un gamin vient lui demander du feu?
Une campagne PR très intéressante.

Face Boom - Honda Japon
Et si on pouvait conduire uniquement avec le sourire et les expressions du visage?

Mimeisthai at TEDx Sydney 2012 (SILVER DIGITAL)

Lors des TED et TEDx, l'assistance est souvent rivée sur ses écrans (Laptop, mobile, tablette..) pour tweeter et diffuser les idées qu'ils reçoivent de la part du speaker.
Mais cette diffusion là, vaut-elle celle qui est faite en live, en parlant à son voisin ?
Mesurer le "buzz"en se basant sur ce qui se dit dans la salle et non ce qui est posté sur le web, probablement la meilleure campagne organisée pour un TEDx


TURNTABLE RIDER (Bronze DIGITAL)
Et si on pouvait jouer de la musique en roulant en vélo ?

lundi 10 septembre 2012

Video : Comment l'iPhone nous a transformé...

Je suis tombé par hasard sur cette superbe vidéo qui illustre de manière très subtile le changement dans notre comportement qu'on induit les smartphones (et pas que l'iPhone hein...)
Alors que c'est un outil qui est supposé nous rapprocher de ceux qui sont loins de nous, il nous éloigne de ceux qui sont proches, physiquement...

Les connaissances se font sur internet, les relations se nouent sur twitter, on rencontre la femme de sa vie sur un site de rencontre, on devient amis sur FB et on partage nos moments sur instagram...

Dire bonjour dans la rue sera-t-il bientôt mal vu? 


vendredi 3 août 2012

Les campagnes qu'il ne fallait pas rater cette semaine

Une superbe campagne Louis Vuitton, par Ogilvy Paris.
Yassin Bey, plus connu sous le nom de Mos Def, rendant hommage à Muhammed Ali.
Deux vidéos sont déjà en ligne, deux autres sont en attente.




Une campagne Nike, autour des jeux olympiques, sans véritablement en parler.
Find your greatness, par Wieden & Kennedy
Un film et une série de 18 autres vidéos qui font par à l'effort et à la recherche de la performance par tout le monde et pas que les sportifs de haut niveau.

Un film ESPN toujours dans la campagne "It's not crazy, it's sports" 
Un film qui traite le sport de l'angle des supporters. Pas très original me direz-vous. 
Et les supports décédés? Ceux qui emportent leurs couleurs favorites dans l'au-delà.
Un peu à la manière des supporters de Boca Juniors qui, pour éviter qu'ils ne continuent à balancer les cendres de leurs proches décédés sur la pelouse de la bonbonera, ont depuis quelques années un cimetière dédié. 

jeudi 2 août 2012

Pages Facebook: encore plus de puissance ?


Facebook aurait déjà lancé auprès de certains de ses utilisateurs, administrateurs de pages, de nouvelles options de publications qui permettent de cibler des fans plutôt que d'autres.
C'est l'information que rapportait Techcrunch hier en publiant les détails d'un courrier reçu par certains admins de pages Facebook.
Cette nouvelle option permettrait de choisir lors pour une publication donnée leur cible parmi les fans selon la langue,  le pays, l'âge, relation, niveau d'éducation...
Tout en affichant la taille de la cible. En quelque sorte une réplique du système des Facebook Ads qui permet déjà un ciblage pareil, voire plus affiné.


Pourquoi? Pour vendre des Facebook Ads?

Facebook a imaginé les pages essentiellement pour pouvoir vendre des Ads.
Vous avez une page, vous devez la promouvoir via des Facebook ads pour avoir toujours plus de fans qui sont intéressés par votre contenu.

L'idée avancée par l'auteur de l'article est que la concordance entre le nouveau ciblage des publications et le ciblage des Facebook Ads, aurait pour objectif d'inciter les administrateurs de pages à investir toujours plus dans la première source de monétisation du réseau social.
Une idée qui n'est totalement vraie car l'expérience a prouvé en de nombreuses occasions que seul un contenu pertinent/intéressant et donc viral attire des fans, en plus d'une médiatisation sur d'autres médias hors Facebook, qui peut apporter une assez grande visibilité.

Les soucis de fraude avec les Facebook Ads ont aussi fait surface.
Une startup avance que 80% des clics fait sur les Ads seraient en réalité l'oeuvre de robots et non de vrais utilisateurs. 

A qui ça rend service ?

Il faut avouer que cette nouvelle fonctionnalité rend service surtout aux digital strategist.
La marque qui s'adresse à un grand panel de consommateurs différents est toujours un souci. 
La problématique du ciblage est primordiale : comment faire parvenir le bon message à la bonne personne et pas à une autre?

Avec cette nouvelle option lors des publications, une marque qui s'adresse à des cibles différentes peut ajuster son message en fonction des consommateurs qu'elle souhaite toucher.
Un autre cas peut-être aussi celui des marques qui travaillent sur plusieurs marchés, proches ou pas.
Une marque qui travaille sur toute la région MENA par exemple était jusque là obligée d'avoir des pages par pays. 

Aujourd'hui, il est possible d'avoir une seule page Facebook pour la marque sur toute la région, et d'ajuster les publications en fonction du pays visé et/ou le type de consommateur.
Une page unique à l'échelle mondiale pourrait être aussi envisageable, mais ça implique de centraliser la gestion de cette page au niveau d'une seule entité. A voir la diversité des agences digitales d'un pays à un autre et souvent l'absence d'une équipe de Digital Content Management au niveau de l'annonceur, il serait difficile de l'envisager dans l'immédiat.

Les médias mainstream (TV, radios...) pourraient aussi profiter de cette nouvelle option de partage.
Ayant souvent des publics très différents selon leurs programmes, ils étaient jusqu'à aujourd'hui obligés d'avoir des pages FB par programme ou alors de manquer de pertinence dans le ciblage de leurs publications. 

Plus de puissance pour les pages FB en Tunisie?

Le cas de la Tunisie est particulier dans le sens où la grande majorité des pages Facebook les plus importantes ne sont pas celles de marques, de médias ou de stars mais sont essentiellement utilisées par des partis politiques pour leur propagande, sans jamais s'afficher véritablement.

Est-ce que ces pages vont avoir besoin de cette nouvelle option ? A priori non. Leur stratégie de manipulation fonctionnant jusque là très bien sans et la diffusion à un maximum de personnes, sans soucier de qui ils sont ni ce qu'ils pensent, n'implique pas du l'obligation d'un ciblage.

Ceci étant, les marques et les médias locaux devraient avoir recours à cette option pour optimiser le ROI de leur stratégie digitale. 

dimanche 8 juillet 2012

"Youtube" dans un print

Une campagne de DDB India via CB Asia





mercredi 13 juin 2012

Se brûler en jouant à Facebook?


Les évènements des deux derniers jours nous ont projeté dans une époque pas si lointaine, où un élément (information, intox...) pouvait provoquer un grand mouvement de protestation dans la rue tunisienne.
L'affaire dite de "Persepolis", celle de "Rajhi"...sont les exemples les plus notables.

Les points en commun avec l'affaire de "Abdeleya" (faut bien lui donner un nom) sont au nombre de deux :
- Peu de personnes ont été en contact direct avec la source de l'information : Personne n'a vu Persepolis à la TV, personne ne connaissait le journaliste qui a interviewé Rajhi et très peu ont été sur place à la Abdeleya.
- Les trois "événements " ont été amplifié sur FB car ils touchent aux deux sujets qui passionnent les tunisiens : l'atteinte au sacré/la religion et la théorie du complot

Et si c'était simplement un événement non maîtrisé?

Si dans le cas de "Persepolis" et "Rajhi " les dégâts ont été "légers", dans celle de "Abdeleya" ils sont beaucoup plus importants.
Et si c'etait un process testé et prouvé qui a mal tourné pour donner les résultats contraires à ceux souhaités.
Le process est le suivant :
Evénement > Amplification/Détournement > Diffusion > Réaction sur FB > Réaction dans la rue > Legers dégâts sur les "méchants" > Beau rôle

Sauf que cette fois-ci nous avons eu :

Événement > Amplification/Détournement >Diffusion > Réaction sur FB > Réaction dans la rue > Gros dégâts sur les biens publics > Situation hors de Control > Répression des manifestants > Malaise de la population face à la violence > Mauvais rôle

Qui sont les grands perdants de ces deux jours?
Les partis au pouvoir qui se retrouvent à condamner une partie de leur électorat conservateur, à les traiter de "criminels" (cf: déclaration du min de l'interieur), voire de mécréants ( cf: déclaration de Rached Ghanouchi) sans oublier les répercussions sur l'image de ce gouvernement à l'international qui n'arrive pas à tenir "la rue" et se voit obligé d'imposer un couvre-feu.

Le grand gagnant : Les hommes d'hier qui vont tenir le discours de l'Etat fort et du "c'était mieux avant"

Et si quelqu'un quelque part s’était "brulé en jouant avec Facebook"? Et si quelqu'un a cru pouvoir "maîtriser" la foule au-delà du fait de la manipuler?

Y'a trop de "si" dans cette analyse. Elle est probablement infondée et farfelue. Mea Culpa.

Bonus Musical :


jeudi 19 avril 2012

Une appli qui propose quelle couleur porter selon où vous vous trouvez

mardi 17 avril 2012

Innover dans l'annonce des mesures de sûreté à bord d'un avion?

Ce qui est de manière générale un moment chiant, où on prête très peu d'attention à ce qu'on nous raconte (ben oui, faut pas déconner! Si l'avion se crash, la ceinture de sécurité elle sert pas à grand chose), ce steward (?) de AirAsia a réussi à en faire un moment hilarant en y mettant beaucoup d'humour! Excellent!

Journaux gratuits : Quel avenir en Tunisie?

L'explosion du paysage médiatique en Tunisie ne s'est pas limitée à l'édition d'un nombre toujours croissants de journaux papiers, de quelques télévision et pas mal de radios, dont quelques unes régionales.

Il s'est accompagné de l'apparition de journaux et magazines gratuits. 
Même si certains "puristes" se refusent de les classer dans les médias, sous couvert d'un supposé traitement moins rigoureux de l'information, ils sont aujourd'hui présents dans les kiosques à journaux, avec un contenu d'inégale qualité mais toujours bien exposé et surtout gratuit.

Le fait qu'ils soient gratuit leur attire aussi un reproche commun: Le contenu n'est là que pour remplir les pages qui n'auraient pas été vendues au annonceurs. Théoriquement, c'est le contraire pour un journal "normal"...quoique des fois, on est en droit de se poser des questions...

L'engouement ne semblerait pas extraordinaire pour ces journaux. Même si les chiffres de l'impression peuvent être importants, le nombre effectif de lecteurs ne serait pas conséquent. L'emploi du conditionnel est de rigueur. 

Le challenge est simple et vital à la fois pour ces journaux : Le contenu. 
Il ne peuvent continuer de se permettre d'avoir un contenu de faible qualité, dans une époque où tous les tunisiens sont à la chasse de l'information et dans un contexte où l'actualité est abondante.
Dans un autre contexte, leurs chances de survies auraient été intéressantes même avec un contenu de "remplissage". Mais plus aujourd'hui. Ils sont concurrencés par des journaux payant certes, mais dont la UNE attire forcément sans oublier la fidélité de beaucoup de lecteurs à leur journaux favoris.

Les annonceurs ne sont pas dupes aussi. Le challenge pour eux est de taille : comment gérer cette transition de quelques médias, à plusieurs dizaines aux caractéristiques si différentes?
Les gratuits à faible impact auront du mal à survivre...






dimanche 25 mars 2012

Le marché du web tunisien est mort!


Enfin, il n'est peut-être pas mort pour l'instant mais il ne saurait l'être tant que le le règne de la médiocrité persistera.
J'ai fais mes premiers pas dans le secteur d'Internet en 2007, dans ce qui était à l'époque une régie publicitaire online et qui est devenu par la suite un groupe...et j'en suis sorti, du secteur, en 2010 pour intégrer une agence de communication.
Avec un nouveau rôle, celui d'agence ou de donneur d'ordre, j'ai pu constater que ce que j'avais connu pendant 3 ans, n'avait pas disparu. Pire, ce que j'attribuais hier à la jeunesse du marché s'est révélé être un réflexe et un amour pour la médiocrité et le gain facile...

Les pratiques qui existaient entre 2007 et 2010, parfaitement ridicules, tiraient le marché vers le bas.
Des éditeurs de site qui refusaient de communiquer leurs stats sinon des chiffres sans justificatif, qui campagne qui se vendaient tellement cher que le clic coûtait 12 dinars, des portails qui faisaient de l'auto-refresh toutes les 5 secondes pour gonfler le trafic, aucun respect des standards...etc...
L'avènement de Facebook n'a pas arrangé les choses.
Aujourd'hui, la panoplie de la médiocrité s'est élargie :
- Des faux profils pour doper le nombre de fans, vendus par pack.
- Des artifices pour pousser les gens à cliquer sur des images...qui vous font liker des pages sans le savoir.
- Des applications Facebook qui font du spam
- Des liens de blogs à la limite du porno qui te redirigent vers ... des portails tunisiens qui se disent respectables.

Les mêmes personnes qui tiraient le marché vers le bas, continuent de le faire aujourd'hui, rejoints par des investisseurs qui n'ont pas réussi dans le secteur de l'édition papier, de l'événementiel et qui veulent faire du "facebook money".
Je ne les blâme pas. C'est leur nature, on ne peut la changer.
Je blâmerai ceux qui sont depuis pas mal de temps dans le secteur d'internet et qui aujourd'hui, alors que le marché se développe à grands pas, succombent dans la médiocrité dans le gain à court terme.

dimanche 18 mars 2012

#13Mars Une histoire de coups...

Pour commencer, ce fut un coup de com' 


Non, je ne vais pas cracher sur ça. Pas moi qui bosse dans la com'.
Mais je sais généralement reconnaître un coup de com' quand j'en vois un.
Un joli coup de com' en théorie pour le président militant des droits de l'homme.
Moncef Marzouki a toute la légitimité pour honorer la mémoire de Zouheir Yahyaoui.
Il aurait été même décevant qu'il ne le fasse pas, rien ne garantissant que ceux qui suivront le feront.
Mais...
Une avenue, une rue, une place au nom de Zouheir Yahyaoui, aurait été un hommage.
Une journée de la liberté sur internet, avec ses proches, sa famille, ceux qui l'ont vraiment connu, aurait été un hommage.
Une journée de la liberté sur internet, avec un teasing précédant l'événement (Un truc des années 90 soit dit en passant), en présence de "bloggeurs" ou d'influenceurs" sur internet, en présence des caméras des journalistes, avec un discours "chargé"... C'est avant tout un coup de com'
Mais comme je l'ai déjà écris, ce n'est pas moi qui vais cracher sur la com'...même si...bref!

Ensuite, furent les coups de gueules 


Le discours coup de gueule du président Marzouki.



Les coups de gueule des administrateurs des pages Facebook qui ne comprennent pas la présence des bloggeurs/cyberactivistes.
Les coups de gueule des bloggeurs/cyberactivistes qui ne comprennent pas la présence des administrateurs des pages Facebook.
Les coups de gueules des uns contre les autres.
Les coups de gueules des gens qui suivaient tout cela sur le live stream

Après, les coups médiatiques

Le coup médiatique de la première chaîne nationale qui a hébergé un débat houleux entre deux bloggeurs/cyberactivistes, deux administrateurs de pages Facebook et un journaliste Citoyen...

L'émission dans son intégralité...




Et pour finir, un coup dans un l'eau, un coup pour rien...
Un coup dans l'eau? très probablement! Quand on voit la réaction des uns et des autres, post- #13Mars, on se rend compte qu'il n'y a pas eu de dialogue, sinon de sourds. Peut-être que le dialogue ne peut avoir lieu.
L'opinion publique n'a probablement rien retenu de tout ça, peut -être que ces jeunes d'internet ne sont pas d'accord entre eux...
Peu auront retenu quelque chose de positif de cette journée...

lundi 12 mars 2012

La fin du mythe du "viral" sur facebook?

Une étude réalisée par EdgeRank Checker et reprise par AllFacebook.com montre les limites de la "viralité" du contenu sur Facebook.
Selon l'étude, dans 61% des cas, un contenu ne génère d'interactions (commentaires, likes, partages...) que  par moins de 2% du total des fans.


C'est ni plus ni moins une validation empirique de ce que tout le monde savait mais omettait de le dire devant ses clients.
C'est toute la question du EdgeRank qui au centre du problème : C'est le fameux algorithme de Facebook qui calcule le nombre d'interactions pour un post sur une page facebook.
Plus un post génère de réactions, le plus rapidement possible après sa publication, plus il est mis en avant sur la Timeline des fans et a plus de chances d'être vu.

Il est parfaitement possible de jouer avec ce EdgeRank en créant de faux comptes qui vont liker/commenter/partager automatiquement du contenu publié sur la page.
C'est non seulement interdit pas Facebook (ce qui n'est pas grave en soit) mais en plus ça peut générer un petit scandale. Orangina en France en a fait les frais.
Pire, c'est juste la preuve que du contenu qui n'intéresse personne ou pas grande monde a été promu par des faux comptes pour être visible par un plus grand nombre de fans. Mais même en étant exposé à un plus grand nombre de fans, ce contenu reste inintéressant. Il ne suscitera que très peu de réactions.

Le vrai problème, c'est le contenu.

Beaucoup d'agences se concentrent sur le médium et la technologie bien plus que sur le contenu.
Une totale méconnaissance du web est probablement à l'origine de cela. L'opportunité d'un gain facile aussi.

J'ai eu l'occasion de faire une interview avec un gars de Google lors du TED2012 qui m'a demandé ce que je pensais du concept de "Viral".
J'ai répondu que Youtube, Facebook, Twitter n'étaient que des canaux de diffusion : Si vous y mettez du bon contenu, les gens l'aimeront et le regarderont.
Par contre, si vous y mettez de la merde, ça restera de la merde.
Youtube ou Facebook n'ont pas le pouvoir de rendre votre contenu intéressant et par conséquent "viral".

Si aujourd'hui vous avez 100.000 fans sur votre page Facebook, que personne autour de vous ne parle de ce que vous publiez, que personne ne le partage, qu'il y a très peu d'interactions, il y a très probablement deux soucis majeurs :
- Votre contenu n'intéresse personne. Il n'est donc pas bon.
- Vos 100.000 fans, il faut vous demander comment vous y êtes arrivé. Honnêtement.

Faites du bon contenu. Du contenu qui intéresse votre cible. Le reste suivra.
Viraliser de la merde n'en fait que de la merde qui a été vu par quelques milliers de personnes.

mardi 21 février 2012

دليل الحزب الناجح : كيفاش تركح الاعلام في 5 مراحل !

هذي رسالة إلى الأحزاب إلي تطمح للوصول إلى السلطة ولا غيرها. أهم حاجة وقتلي تشد الحكم هو انو الرأي العام يكون معاك، على الأقل في الظاهر : يلزم كل مواطن ضدك يكون مقتنع إلي راهو وحدو و العالم الكل معاك!
و أحسن طريقة بش تمسك بزمام الامور هو أنه الاعلام يكون معاك. السؤال هو، كيفاش تعمل كيف الاعلام ما يكونش معاك؟
في ما يلي، وصفة لتركيع الاعلام في خمسة مراحل:
1/ رئيس الحكومة يصرح في إذاعة أن " الاعلام لابد أن يعبر عن ارادة الشعب" إلي بالطبيعة تبلورت في نتائج الإنتخابات، إلي فزت بها بالطبع. هكا تحط قاعدة جديدة في التعامل مع الاعلام و تقاليد جديدة وتفسر بالضبط شنوة يلزم يتقال!
إنجموا إنشوفو على سبيل المثال، التصريح هذا للسيد الوزير الأول حمادي جبالي http://www.pinklemonblog.com/2011/12/medias-tunisiens-ya-t-il-encore-un.html

2/ رئيس الحركة أو الحزب يوضح بعض المفاهيم، من موقعو كقائد لها، كما مثلاً الفرق بن إعلام باهي و إعلام خايب : الباهي هو الاعلام متاعك و الخايب هو الباقي الكل!
إنجموا إنشوفو على سبيل المثال، التصريح هذا للسيد راشد الغنوشي، رئيس حركة النهضة http://www.pinklemonblog.com/2011/12/video-apres-jebali-rached-ghannouchi.html

3/ بعد ما عمرت مليح المناضلين، تنجم تلاحظ بكل إرتياح أن العلاقة بين الصحفيين و الشارع ولات متوترة، و الي الصحفيين معادش مرتاحين كيف يخدموا على الميدان.
إنجموا إنشوفو على سبيل المثال، التصريح هذا لزوز صحفيين كانوا حاضرين في مظاهرة مساندة لوزير الداخلية يوم 11 جانفي http://www.pinklemonblog.com/2012/01/le-journaliste-et-la-rue-une-relation.html

4/ توا بعد ما فسرت شنوة الاعلام الباهي، و عمرت المناضلين مليح و كبست الصحافيين، ينجم يقعد واحد ولا زوز شادين صحيح. يلزمك إشارة واضحة إلي إنت ما عندك وين يدور الريح. رد بالك تمس صحافي ولا جريدة هككا! لا يلزمك تضرب ومعاك الراي العام، على حكاية يقف فيها معاك مجتمع محافظ. الأخلاق الحميدة مثلاً! تستنى أول واحد يزلق و تجيبوا مطيش فالحبس. و كيف يسألوك تذكر إلي القضاء مستقل و الي يلزم تخلي العدالة تخو مجراها!
إنجموا إنشوفو على سبيل المثال، التصويرة هذي إلي هزت رئيس جريدة التونسية للحبس منذ أيام http://www.pinklemonblog.com/2012/02/ce-post-peut-nuire-lordre-public.html

5/ توا بعد ما طبقنا مثل "اضرب القطوسة تتربى لعروسة" يلزمنا نتبراو من العملية. كيفاش؟ ساهل ياسر : ترمي الذنب على الصحافين! إي نعم هما يلوجو فيها بش ينظفوا تاريخهم، خاطر عمرنا ما ننساو إلي إنت حزب مناضل و هما عملاء النظام البائد.
إنجموا إنشوفو على سبيل المثال، التصريح هذا لسي سمير الديلو 




و توا كيف ركحت الجو أيها الحزب، إنطلق كالسهم ... و الله ولي التوفيق!

jeudi 16 février 2012

Ce post peut nuire à l'ordre public ...

En soutien et par solidarité avec les journalistes d'attounisia et par dessus tout, contre la censure des médias et la liberté d'expression!

mercredi 15 février 2012

Je vends les 1000 fans Facebook à 10 dinars!

NDLR: Ce post a été écrit et gardé en brouillon depuis un mois, faute de temps. C'est la publication de ce post sur le blog www.coupsdepub.com qui m'a incité à le publier


Début 2010, j'ai eu une discussion avec un jeune homme très dynamique qui me proposait de me "vendre" des fans sur ma page Facebook.

J'ai essayé de lui expliquer qu'il valait mieux abandonner cette idée car à moyen terme, elle était peu intéressante : la rentabilité d'une action sur les réseaux sociaux se mesurant par le nombre d'interactions et non par le nombre de fans.
Force est de constater aujourd'hui que je me suis trompé : son modèle est bon vu l'engouement pour les marques pour Facebook et très souvent leur totale ignorance des KPI's des médias sociaux.

En passant en revue un bon nombre de pages Facebook de marques ou de produits tunisiens, j'ai été étonné de voir l'énorme différence existant entre le nombre de fans et le volume d'interactions, preuve que les fans sont soit des faux comptes soit des fans qui s'en foutent royalement de la marque... La première hypothèse me semble la plus plausible.

C'est quoi cette histoire d'interactions?

Les interactions sont les "likes", commentaires et partages du contenu publié sur la page.
Le nombre d'interactions avec les fans est le signe de la bonne santé de la gestion d'une marque/produit sur les médias sociaux : C'est le signe que le contenu est bon et pertinent pour les "fans" et que la relation entre la marque et ses fidèles est forte.

Et c'est quoi cette histoire de faux comptes? On peut acheter des fans sur facebook?
Oui, on peut acheter des fans sur Facebook. Essayez de googler "Acheter des fans" ou "buy Facebook fans"




Il y a une seule manière de créer une page Fan efficace pour une marque : créer du contenu pertinent par la marque et pour ses clients et gérer la page convenablement pas un community manager.
Il y a une autre manière d'avoir une page fan avec un très grand nombre de fans mais dont très très peu interagissent avec le contenu : c'est acheter des fans ou plus clairement payer un prestataire, souvent sans le savoir, pour qu'il crée des faux comptes facebook (il ne le fait pas à la main rassurez-vous) qui vont liker votre page.

Evidemment, ils ne vont jamais poster de commentaires ou faire le moindre like, puisqu'il n'y aucun humain derrière ces comptes...sauf s'il utilise des plateformes aussi sophistiquées que celle de la CIA et qui peut reproduire une comportement semi-humain.

A termes, ça fait une page facebook avec un très grand nombre de fans-robot qui n'auront aucune interaction et n'auront aucune préférence pour la marque.

mardi 31 janvier 2012

أعمل فيلم بالجورنال فايسبوك بتاعك

"فايسبوك أجبر كل مستعمليه منذ الاسبوع إلي فات باش يستعملوا "جورنال" أو "تايملين
باش يسهلوا المرور نحو الجريدة هذي إلي فيها "التاريخ الفسبوكي" للمستعملين، فايسبوك حاول يخلق منها تجربة ممتعة عن طريق الموقع 
الموقع هذا يسمح باش يكون عندك مقطع فيديو يلخص أهم اللحظات الفسبوكية. النتيجة تنجم تكون حاجة كما المقطع أسفله...



Le film de votre timeline Facebook

Maintenant que tous les utilisateurs sont obligés d'avoir la timeline, Facebook essaye de rendre le passage plus simple pour ses utilisateurs.

www.timelinemoviemaker.com est une application a été développée avec Definition6 et qui vous permet de faire une vidéo avec votre timeline Facebook, en ayant le choix d'exclure/remplacer des moments.

Un résultat qui pourrait ressembler à ça...



أكثر تصويرة معبرة على تونس في 2012

التصويرة هذي تضهرلي أكثر صورة معبرة على تونس في عام 2012.
الثورة تعملتلها طاولة و كراسي، و عملولها ساحة و شوارع بسمها، و الشباب التونسي مازال قاعد على عتبة، كما قبل، يستنى في حاجات وعدوه بها...
ملاحظة هامة : موش انا إلي خذيت التصويرة. لقيتها على موقع Rue89.com


dimanche 29 janvier 2012

هل استجابت إذاعة تطاوين لحمادي جبالي؟

اكتشفت على صفحة إذاعة تطاوين على فيسبوك (إلي عودتنا بخدمة هايلة على المستوى الجهوي و حتى الوطني) تصاور لمظاهرة في قابس تحت عنوان " قابس: مسيرة شعبية سلمية تدعو الى الحفاظ على السلم الاجتماعي " موجودة هوني
كيف جيت انشوف فالتصاور حسيت إلي فالوصف بتاع المسيرة فما حاجة نساوها : الحزب المنظم للمسيرة و إلي واضح من الأعلام والشعارات.
بعد التثبت على صفحة شباب حركة النهضة بقابس تبين أنها بالفعل مظاهرة منظمة من طرف حزب...و إلي هي معلومة "تناستها" إذاعة تطاوين في وصفها! 





Radio Tataouine a-t-elle déjà écouté Hamadi Jebali ?


En regardant sur la page Facebook de Radio Tataouine, j'ai découvert les photos d'une manifestation organisée à Gabes. Le titre utilisé était " Gabes : Manifestation populaire pacifique appellant à conserver la paix sociale"
En parcourant les photos, j'ai été étonné de voir certains symboles connus du parti Ennahdha (Drapeaux, dossards orange..) et certains slogans sur les banderoles...

Il m'a semblé que Radio Tataouine avait oublié de préciser ce détail dans leur description...

J'ai décidé d'aller vérifier sur la page Facebook de Gabes des jeunes d'Ennahdha, heureusement toujours très actifs et couvrant tous les événements.
Effectivement, la manifestation était largement couverte, en photos et vidéos, et sa paternité clairement réclamée.

La question qu'on est en droit de se poser : Est-ce cet exemple du traitement de l'information par Radio Tataouine, les médias gouvernementaux qui reflètent la volonté du peuple dont a parlé le chef du gouvernement Hamadi Jebali






mardi 24 janvier 2012

Quand Israël surveille les réseaux sociaux

Surveiller les réseaux sociaux est une activité principale de nombreux organes de sécurités de grandes puissances. Dans un précédent post, j'avais rapporté que la CIA avait affirmé monitorer l'activité des réseaux sociaux de part le monde, avec un investissement humain (parlant plusieurs langues) et en matériel permettant d'avoir un oeil sur tout ou presque pour déterminer "l'état" de plusieurs zones et anticiper leur évolution.

Aujourd'hui et à travers le document ci-contre, on apprend aussi qu'en Israel une étude des réseaux sociaux et de l'activité de ce qui est dénommé "groupes terroristes" sur internet a été lancé il y a de cela 13 ans. Le ministre de la défense a affirmé toujours à cette chaîne chinoise qu'un budget conséquent, autant humain que matériel, était consacré à cette tâche qui fait partie des grandes priorités en matière de sécurité.

La question qui se pose est celle de savoir jusqu'au où va cette surveillance? Est-ce qu'elle ne donne pas des raisons à un sénateur US comme Joe Lieberman pour censurer toujours plus internet (Voir post à ce sujet)?



dimanche 15 janvier 2012

الصحافي و الشارع، علاقة متوترة؟ Le journaliste et la rue, une relation tendue?


نهار الأربعاء 11 جانفي مشيت إلى شارع الحبيب بورقيبة بش نصور مظاهرة المساندة لوزير الداخلية، ضد أعوان الأمن إلي عملوا وقفة
احتجاجية بعد ما طردولهم عرفهم. سمعت إلي هي مظاهرة كبيرة، التصاور برشة في فايسبوك، سفيان بن حميدة يقول ضربوه و شباب حركة النهضة يقول هو ضربنا...
حبيت نمشي نصور الصحفيين إلي قاعدين هما بيدهم يصوروا بش نسألهم هل صحيح إلي يتقال إلي خدمتهم فيها خطر، كيفاش يتعاملوا معاهم المتظاهرين، كيفاش يحسوا رواحهم...
فما برشة ما حبوش يتصوروا معايا و هذا حقهم ومانيش بش انقول علاش ما حبوش خاطر ما عنديش ما يثبت كلامهم.
الزوز حوارات هذم مع زوز صحفيين، فيهم برشة مغزى. الثانية قصت قبل ما توفى خاطر الجو سخن شوية ...  

Mercredi 11 janvier, je suis allé à l'avenue Habib Bourguiba pour essayer de filmer lors de la manif de soutien au ministre de l'intérieur, contre celle des policiers qui protestaient contre l'éviction de leur chef.
J'ai vu sur Facebook que c'était une grosse manif, beaucoup de photos,  Sofien Ben Hmida dit avoir été agressé, les jeunes d'Ennahdha disent que c'est lui qui les a agressé...
J'ai voulu filmer les journalistes et leur poser quelques questions sur l'exercice de leur métier sur le terrain en ce moment.
 Beaucoup ont refusé d'être filmés, je ne pourrai dévoiler les raisons qu'ils ont avancé, vu que je n'ai aucune preuve écrite.
Les deux interviews ci-dessous,  comportent beaucoup de sens... La deuxième n'a pu aller jusqu'au bout...









vendredi 6 janvier 2012

Comment #7ell #حل a hacké les médias et les institutions

Disclaimer : Je fais partie du groupe OpenGovTN et j'ai participé à la campagne #7ell, chose dont je suis très fier.


#7ell est une action du groupe OpenGovTN qui milite pour instaure les principes de transparence dans la gouvernance en Tunisie. Une notion totalement étrangère à la gestion des affaires de l'état en Tunisie.
Le but de l'action était de vulgariser la notion au sein du grand public.

Deux aspects m'ont aujourd'hui intéressé dans cette campagne avec un peu de recul :

La collaboration dans la transparence

L'idée est née sur le wall du groupe Facebook consacré à la Team Communication de l'OpenGov. Elle a été discutée là, de manière totalement transparente puisque le groupe est ouvert, et formulée de manière collaborative. Une fois les membres connectés d'accord sur l'idée, plusieurs visuels ont été réalisés (par @achourmoez) sans qu'il n'y ait aucun besoin de faire des réunions, de se rencontrer...d'ailleurs les membres de ce groupes sont dispersés sur plusieurs continents. Toutes les discussions étaient publiques et la décision prise de manière simple.

Toujours dans le même élan un membre a écrit un texte en tunisien qui expliquait la démarche. texte soumis à tous sur un document Google Doc et adopté. Une page Facebook a été créé par un des membres et un appel lancé pour diffuser les visuels et soutenir la cause de l'OpenGov. 
La même nuit, d'autres membres ont réalisés une vidéo 3 D pour donner plus de corps et matière à l'action.

Le lendemain, et suite à une proposition, des membres du groupe OpenGov se sont cotisés pour lancer une campagne de Facebook Ads afin de soutenir les efforts. L'objectif étant de sensibiliser par rapport au vote à l'Assemblée constituante du Vendredi 6 Janvier.

Toutes ces actions ont été pensées, discutées et entamées par les membres du groupe de communication OpenGov sans plus de procédures et surtout en toute transparence puisque les conversations sont encore visibles sur Facebook.

Internet peut hacker les médias et les institutions 

Le poids des médias mainstream est incontestablement plus important que celui d'Internet, aujourd'hui et en Tunisie. Demain ça pourrait changer, ça en prends d'ailleurs la voie, mais ce n'est pas encore le cas.

La campagne #7ell a réussi à passer d'Internet, espace confiné au regard de la part de la population tunisienne connectée sur la population globale, vers les médias mainstream.
RTCI, MosaiqueFM et même la TTN1 a une heure de grande écoute ont accordé du temps à la campagne 7ell. L'accès à la télévision est forcément facilité par la présence de quelques membres de l'Assemblée Constituante au sein du groupe #OpenGov.

Mais c'est un cas pertinent d'une action partie d'internet et qui a pu faire adhérer un maximum de personnes, tout en ayant suffisamment de contenu, pour attirer l'attention des médias se susciter leur intérêt. Un passage primordial pour toucher les personnes non connectées et qui ne doivent pas être considérés comme une population à part. Si tu ne viens pas à Internet, Internet viendras à toi.

Passage de Lobna Jeribi sur la TTN1


Encore mieux que la télévision, c'est les institutions qui ont été hackées par #7ell.
Alors que l'Hémicycle de l'assemblée constituante est l'objet de toute les attentions et que le moindre mot, symbole ou allusion peut dégénérer, #7ell a été vu sur les tables de pas mal d'élus qui soutiennent la transparence et l'opengov.


Le message est crucial à l'heure où on demande plus d'ouverture : Les voies des institutions tunisiennes ne sont pas impénétrables. Pourvu que le message soit cohérent et concrètement matérialisé, il est possible de le véhiculer à l'intérieur de n'importe quelle institution.