A propos de l'auteur de ce blog

Mehdi Lamloum, bloggeur et Vidéobloggeur depuis 2005. Actuellement directeur de creation dans une agence de communication, base a Kuala Lumpur, Malaisie
Les informations, opinions, réflexions, analyses, conneries, ne représentent que mon avis personnel et n'engagent en aucun cas celui de mon employeur ou de mes partenaires.

Pour me contacter, vous pouvez utiliser mon email me [at] mehdilamloum [dot] com

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Mehdi Lamloum est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

lundi 12 mars 2012

La fin du mythe du "viral" sur facebook?

Une étude réalisée par EdgeRank Checker et reprise par AllFacebook.com montre les limites de la "viralité" du contenu sur Facebook.
Selon l'étude, dans 61% des cas, un contenu ne génère d'interactions (commentaires, likes, partages...) que  par moins de 2% du total des fans.


C'est ni plus ni moins une validation empirique de ce que tout le monde savait mais omettait de le dire devant ses clients.
C'est toute la question du EdgeRank qui au centre du problème : C'est le fameux algorithme de Facebook qui calcule le nombre d'interactions pour un post sur une page facebook.
Plus un post génère de réactions, le plus rapidement possible après sa publication, plus il est mis en avant sur la Timeline des fans et a plus de chances d'être vu.

Il est parfaitement possible de jouer avec ce EdgeRank en créant de faux comptes qui vont liker/commenter/partager automatiquement du contenu publié sur la page.
C'est non seulement interdit pas Facebook (ce qui n'est pas grave en soit) mais en plus ça peut générer un petit scandale. Orangina en France en a fait les frais.
Pire, c'est juste la preuve que du contenu qui n'intéresse personne ou pas grande monde a été promu par des faux comptes pour être visible par un plus grand nombre de fans. Mais même en étant exposé à un plus grand nombre de fans, ce contenu reste inintéressant. Il ne suscitera que très peu de réactions.

Le vrai problème, c'est le contenu.

Beaucoup d'agences se concentrent sur le médium et la technologie bien plus que sur le contenu.
Une totale méconnaissance du web est probablement à l'origine de cela. L'opportunité d'un gain facile aussi.

J'ai eu l'occasion de faire une interview avec un gars de Google lors du TED2012 qui m'a demandé ce que je pensais du concept de "Viral".
J'ai répondu que Youtube, Facebook, Twitter n'étaient que des canaux de diffusion : Si vous y mettez du bon contenu, les gens l'aimeront et le regarderont.
Par contre, si vous y mettez de la merde, ça restera de la merde.
Youtube ou Facebook n'ont pas le pouvoir de rendre votre contenu intéressant et par conséquent "viral".

Si aujourd'hui vous avez 100.000 fans sur votre page Facebook, que personne autour de vous ne parle de ce que vous publiez, que personne ne le partage, qu'il y a très peu d'interactions, il y a très probablement deux soucis majeurs :
- Votre contenu n'intéresse personne. Il n'est donc pas bon.
- Vos 100.000 fans, il faut vous demander comment vous y êtes arrivé. Honnêtement.

Faites du bon contenu. Du contenu qui intéresse votre cible. Le reste suivra.
Viraliser de la merde n'en fait que de la merde qui a été vu par quelques milliers de personnes.