A propos de l'auteur de ce blog

Mehdi Lamloum, bloggeur et Vidéobloggeur depuis 2005. Actuellement directeur de creation dans une agence de communication, base a Kuala Lumpur, Malaisie
Les informations, opinions, réflexions, analyses, conneries, ne représentent que mon avis personnel et n'engagent en aucun cas celui de mon employeur ou de mes partenaires.

Pour me contacter, vous pouvez utiliser mon email me [at] mehdilamloum [dot] com

Contrat Creative Commons
Ce(tte) oeuvre de Mehdi Lamloum est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

jeudi 18 juillet 2013

Nous devrions remercier Adel Dridi!



L'affaire de Adel Dridi a occupé le haut de l'actualité pendant plus d'une semaine. Des dizaines de commentaires, de vidéos de gens demandant son arrestation, sa libération et leur argent (dans le désordre) nous ont entretenus.
Je n'ai eu sincèrement aucune compassion pour les gens qui se sont fait "arnaquer".
Mais après réflexion, je me suis rendu compte cet événement était en réalité plus que bénéfique et qu'il fallait en tirer certaines conclusions.

> Il y a de la liquidité en Tunisie.
Bien planquée sous les matelas certes, mais elle existe. Le plus petit montant que j'ai entendu était de 5000 dinars. Sachant que les clients sont généralement des gens venant de quartiers dits populaires, il faut se rendre a l'évidence : Il y a du cash en Tunisie!

> La politique fiscale en Tunisie est un échec total.
Quand je pense a mes longues années d'études en fiscalité, explorant souvent avec dégout, toutes les dispositions que l'état prends pour taxer encore et encore, je me dis que cet échec est plus que prévisible. Tout cet argent "investi" chez Adel Dridi n'a certainement pas été taxé (sinon il n'en resterai rien...). Il est temps de revoir la politique fiscale de la Tunisie et d'alléger la pression pour permettre un véritable investissement...

> Les gens qui ont investi leur argent savaient que c'était trop beau pour être vrai.
Ce genre de sociétés existe depuis des dizaines d'années en Tunisie. Tous savaient que les derniers seraient les grands perdants. Ils espéraient juste ne pas être les derniers. Le mythe de la Tunisie solidaire n'est qu'un mythe. Nous avons bel et bien basculé dans un modèle de société individualiste.

> La crise de confiance est énorme.
N'en déplaise a notre cher président, personne n'a confiance dans l'Etat aujourd'hui. On préfère donner son argent a Adel Dridi qu'a n'importe quelle autre institution ou gouvernement.
Au lieu de chercher l'argent ailleurs, le gouvernement devrait aller piocher dans les dessous de matelas de nos concitoyens. Mais il lui sera dur de les convaincre. Adel Dridi ayant plus de crédit que l'Etat...

Merci Adel Dridi.